Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

"Le changement à l'Est change lui-même". Au grand dam des économistes ultralibéraux occidentaux qui avaient, avec quelle arrogance, fait valoir dès 1990 leur "modèle précédent" du changement dans les économies d'Europe Centrale et Orientale (le modèle de la transition brutale, totale, rapide vers une économie de marché qui devait engendrer un "ordre social spontané" ressemblant au paradis perdu) ! "Modèle précédent" qui a facilité l'épanouissement d'une économie maffieuse détruisant les solidarités. Cruelle "descente aux enfers" qui suscite aujourd'hui à l'Est, (et peut-être demain à l'Ouest, si nous savons rester attentifs ?) un effort difficile pour élaborer d'autres modèles du changement : plutôt que de persister à changer l'économie pour qu'elle se conforme au modèle antérieur, ne peut-on changer... la façon de changer. A la théorie de "la transition totale et rapide... se substitue progressivement une autre représentation", plus attentive à la durée, aux institutions, aux comportements, aux évolutions, aux solidarisations. Substitution progressive et difficile, qui souffre encore de "l'absence d'un cadre unifié de représentation susceptible de (la) rendre crédible". C'est à la construction et à l'illustration de telles représentations ("un nouveau regard") que s'attache ce travail collectif coordonné par R. Delorme, 'fruit des travaux d'un groupe de recherche composé d'économistes français, polonais, russes,... sur "les conditions de possibilité et d'efficacité de formes d'organisation économique longue en Europe Centrale et Orientale". L'économiste ici est "responsable des représentations du fonctionnement de l'économie mises à la disposition des hommes politiques", et... il "s'agit de critiquer la représentation dominante", il lui faut "surtout proposer d'autres représentations ".

C'est à cet exercice scrupuleusement argumenté que s'attache ici R. Delorme et ses collègues, en dix études qui enchevêtrent judicieusement considérations théoriques et diagnostics empiriques. L'émergence d'économies mixtes, de nouvelles formes de coordinations, la réflexion sur les transformations des rapports de l'Etat et de l'économie, et sur la transformation des réseaux inter-entreprises... autant de thèmes qui concernent tout autant les citoyens de l'Europe de l'Est (qui nous invitent à les réfléchir), que ceux de l'Europe de l'Ouest... qui s'en remettent... par habitude... à l'orthodoxie du moment sans voir assez les nouvelles questions que leur posent le chômage, la mondialisation et la dématérialisation des échanges économiques.

On ne peut ici que mentionner sans les commenter ces diverses études qui s'articulenten trois parties équilibrées. Mais on doit souligner l'intérêt du premier chapitre dû à R. Delorme, dont le titre dit le projet : "Un cadre théorique pour les relations entre l'Etat et l'Economie dans les économies en transformation" : je ne crois pas que ce cadre soit "théorique" au sens de péjoratif habituellement associé à ce qualificatif ; il me semble, presque au contraire, qu'il est "plausible", ou "intelligible" : un bel exercice de modélisation de la complexité socio-économique, qui dégage des repères pour l'intelligence de l'action politique toujours multidimensionnelle, et privilégie une lecture "évolutionniste" des phénomènes, en permanente transformation. Ce que l'on perd en clarté formelle, on le gagne en intelligibilité pragmatique.

On peut présumer que ces recherches intéresseront les citoyens de l'Europe de l'Est, directement concernés par le titre heureux de cet ouvrage (une traduction en anglais de cinq des dix chapitres vient de paraître en Pologne, Revue Emergo, vol. 2, n- 4). Mais on voudrait que les citoyens de l'ouest s'y intéressent aussi... car à l'ouest aussi, le changement devra changer : un changement de regard.

J.L. Le Moigne.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.