Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • Résumé

    A partir de notre environnement nous bâtissons des systèmes complexes de représentations abstraites. Quel rapport existe-t-il entre ces systèmes représentationnels et le réel ? Cet ouvrage propose une réponse à cette question. La méthode de conceptualisation relativisée qui en constitue le cœur comporte un saut épistémologique décisif, remettant en question l'existence d'objets et de propriétés qui préexisteraient aux descriptions que nous en élaborons, et faisant de la connaissance un construit dont le rapport avec le réel est essentiellement (inter)subjectif et finalisé. Ce livre secoue les fondations de l'édifice fragile construit autour de l'information depuis Shannon. Il permet de cerner de façon tangible la substance même de la connaissance, fournissant les bases d'une nouvelle théorie plus appropriée pour comprendre ce que nos cerveaux et nos machines manipulent lorsqu'ils traitent de l'information. Il éclaire de façon totalement inédite le concept de sens, notamment dans ses dimensions partageables et communicables. À coup sûr, cet ouvrage changera notre vision de la réalité du monde.

    Sommaire

    Une méthode générale de conceptualisation relativisée.

                Source de la méthode.

                La méthode de conceptualisation relativisée (MCR).

    Quelques illustrations majeures de la méthode de conceptualisation relativisée.

    Introduction à la deuxième partie.

    Logique classique versus logique-MCR.

    Reconstruction-MCR du concept de probabilité.

    Unification-MCR de la logique et des probabilités.

    MCR versus la théorie des transmissions de messages de Shannon.

    Unification entre probabilités et l'entropie informationnelle de Shannon : la fonctionnelle d'opacité.            Estimations de complexité selon MCR.

    Représentation-MCR du concept de temps.

    Conclusion générale.

    Erratum

    L’auteur nous informe ;

    Du fait de la rapidité avec laquelle elle a fait les dernières corrections, elle a omis d’optimiser la hiérarchisation des titres et sous-titres, et quelquefois leur énoncé. Dans le cas – particulièrement délicat – du texte qui clôt les considérations sur la question du réalisme selon MCR, elle  prie ses lecteurs de suivre les indications améliorantes qui suivent.

    * page 127             Au lieu de :                          2.2.1.3. Commentaire global sur le réalisme MCR             lire :                         2.3. Vue globale sur le réalisme MCR (en caractères droits, i.e. nouveau titre de niveau 2)

    * Ensuite, p. 127              au lieu de :                         2.3. Le réalisme minimal de MCR             lire :                         2.3.1. Le réalisme minimal de MCR (1er sous-titre de 2.3, en italiques)

    * page 136             Au lieu de :                         2.4. La polarité du réalisme selon MCR             il serait plus approprié de lire :                         2.3.2. La polarité du réalisme selon MCR (2ème sous-titre de 2.3, en italiques)

    * page 137             Au lieu de :                         2.5. La conclusion sur la question du réalisme             il serait plus approprié de lire :                         2.3.3. La conclusion sur la question du réalisme (3ème sous-titre de 2.3, en italiques)

    * page 138             Au lieu de :                         2.5.1. La conclusion sur la question du réalisme             il serait plus approprié de lire :                         2.3.4. Sur la relation [science-épistémologie-métaphysique] dans le réalisme selon MCR (4ème sous-titre de 2.3, en italiques)

    * p. 138 et suivantes : La numérotation des § suivants doit en conséquence être modifié (sans modifier leur intitulés)

                Au lieu de :

                            § 2.5.2, lire : § 2.4

                            § 2.5.3, lire : § 2.4.1

                            § 2.5.4, lire : § 2.4.2

                            § 2.5.5, lire : § 2.4.3

    * enfin, p.33 : au lieu de ‘Plank’ lire ‘Planck’

    Haut de Page