Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • Mon chemin - Entretiens avec Djénane Kareh Tager

    Ecrit par : MORIN Edgar

    Sur La Méthode - Politique de Civilisation et Anthropolitique - Architecturologie & Musicologie
    Ed Fayard, 09/2008, ISBN / EAN : 9782213636832 /, 368 pages

    Octobre 2008
    • « Voici le chemin d’un homme

      Voici la pensée qui s’est formée au cours de ce cheminement et qui a produit une œuvre majeure.

      Ce parcours fut continu, accompli dans une curiosité jamais assouvie, un questionnement permanent, un lien inséparable entre la vie et l’œuvre, une lente gestation de la pensée complexe, mais il fut discontinu dans les recommencements et les renaissances qui ont scandé sa vie tous les dix ans.

      Ce livre d’entretiens accordés par Edgar Morin à Djénane Kareh Tager montre l’unité d’une œuvre à travers sa diversité, l’unité d’une vie à travers ses vicissitudes. Dans Mon chemin, c’est l’homme qui parle, sans dissimuler ses émotions ni ses passions. Il nous dit sa propre expérience de la vie, de l’amour , de la poésie, de la vieillesse, de la mort.

      Edgar Morin est né à Paris en 1921, d’une famille de nationalité italienne, d’ascendance judéo-espagnole. Son adolescence est marquée par la montée en puissance du nazisme, les procès staliniens de Moscou, la marche somnanbulique vers la guerre. A 20 ans, sous l’Occupation, il entre à la fois au parti communiste et dans la résistance gaulliste. Après la guerre, c’est une vie qui se poursuit dans la résistance au stalinisme, à la guerre d’Algérie, à toutes les barbaries. »         (Présentation de l’éditeur)

      Il s’agit d’un livre d'entretiens accordés par Edgar Morin, à la journaliste Djénane Kareh Tager, rédactrice en chef du Monde des Religions. Conjuguant son parcours personnel avec son parcours intellectuel, Morin, 87 ans, se livre avec franchise : son enfance dans une famille juive de Salonique immigrée en France, sa formation, ses années de résistance et son passage au Parti communiste, ses engagements lors de la guerre d'Algérie, dans le conflit israélo-palestinien, ou encore pour la libéralisation des drogues douces, son combat d'aujourd'hui pour une «politique de civilisation». Mais c'est l'homme qui parle, et son discours est chargé d'émotion, surtout quand il cède le pas au philosophe pour aborder des thèmes universels : la vie, l'amour, la poésie, la vieillesse, la mort, sa propre mort, Dieu. Un grand livre bilan, un message d'espoir.

      Haut de Page