Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • Cet ouvrage propose une introduction aux sciences de la cognition et de la communication, et une réflexion sur l'intérêt de les relier à partir d'hypothèses originales concernant la complexité organisationnelle des systèmes autonomes.

    Des premiers silex taillés aux ordinateurs actuels et à venir, l'homme s'autonomise en se prolongeant naturellement dans des objets techniques, supports et reflets de son activité cognitive, et médias de ses communications. Cette autonomie est étroitement corrélée à celle des différents systèmes symboliques et organisationnels qui le font vivre et qu'il fait vivre. La définition autoperformative de tels systèmes n'est rendue viable que par la mise à l'épreuve avec l'univers dont ils se différencient, qu'ils explorent et qu'ils transforment. L'autonomie est un processus de conjonction et de différenciation individus-groupes, où l'homme devient producteur et produit de ses organisations familiales et sociales.

    L'autonomie concerne la vie quotidienne, le foisonnement des situations concrètes, mais également la différenciation des disciplines scientifiques fondamentales et appliquées, ainsi que les théories "'méta" : épistémologie, métapsychologie, théories des systèmes. J. Miermont entreprend ici un inventaire critique de nombreuses données multiréférentielles qui seules permettent d'appréhender la dynamique des processus d'autonomisation, leurs fonctions créatives, leurs éventuelles défaillances.

    Table des matieres

    Préface d'André Féline

    I. Prologue

    1. Avant-Propos

    2. Introduction

    2.1. Communication, autonomie et cognition

    2.2. Les relations entre organismes, cartes, territoires

    2.3. Topologie et théories de l'autonomie

    II. Le paradigme cognitiviste

    3. Connaissance, intelligence et cognition

    3.1. Introduction

    3.2. Questions de définition

    3.3. Existe-t-il une intelligence de groupe?

    3.4. Intelligence et machines artificielles

    3.5. Les avatars de la notion d'intelligence

    3.6. Cybernétique des conduites cognitives

    3.6.1. Le projet cybernétique

    3.6.2. Les hiérarchies comportementales

    3.6.3. Comportements téléonomiques et téléologiques

    3.6.4. La complexité systémique

    4. Les racines biologiques de la cognition

    4.1. L'architecture de l'organisme

    4.1.1. L'apport de la préhistoire à la compréhension de l'intelligence humaine

    4.1.2. L'intelligence du corps humain

    4.1.3. Les fonctions autoréflexives du langage

    4.2. Mémorisation, acquisition, apprentissage

    4.2.1. Traitement de l'information sans stockage

    4.2.2. Acquisitions sans récompense individuelle

    4.2.3. Apprentissage proprement dit

    4.3. Phylogenèse des systèmes cognitifs

    4.3.1. Abstraction de la perception

    4.3.2. Représentation centrale de l'espace

    4.3.3. Insight

    4.3.4. Mouvements volontaires

    4.3.5. Curiosité et auto-exploration

    4.3.6. Soutien parental

    4.3.7. Imitation

    4.3.8. Traditions

    4.3.9. Outils

    5. Les prolongements artificiels de la cognition

    5.1. Intelligence artificielle et sciences de la cognition

    5.2. Buts et disciplines des sciences de la cognition

    5.3. Architecture des systèmes cognitifs artificiels

    5.3.1. Processeurs sériels, processeurs parallèles

    5.3.2. Machines cognitives virtuelles

    5.3.3. Les niveaux d'organisation du système cognitif humain

    5.4. Le système de traitement de l'information

    5.4.1. Définition d'un S.T.I.

    5.4.2. Espace de problème

    5.4.3. Simplicité, complexité des systèmes de traitement de l'information

    5.5. Les contrôles émotionnels et motivationnels de la cognition

    5.5.1. L'organisation sérielle du système nerveux central

    5.5.2. Les buts multiples

    5.5.3. Contrôle hiérarchisé

    5.5.4. Interruption et émotion

    5.5.5 Emotion et socialisation

    5.5.6. Communication sociale et système de traitement de l'information

    5.6. Les modèles connexionnistes

    5.6.1. Le connexionnisme

    5.6.2. Cadre de référence

    5.6.3. Opposition ou complémentarité des paradigmes ?

    5.6.4. Auto-organisation et a-représentation

    5.7. Conclusions

    6. La cognition comme schème de liaison

    6.1. Mémoires et connaissances

    6.1.1. Le schème de liaison

    6.1.2. Psychologie cognitive et mémorisation

    6.1.2.1. La M.L.T.

    6.1.2.2. La M.C.T.

    6.1.3. Oublis

    6.2. Evolution et processus stochastiques

    6.2.1. Les processus stochastiques

    6.2.2. L'intelligence comme contextes d'apprentissage

    6.3. Métapsychologie et sciences de la cognition

    6.4. Systémologie de l'esprit

    6.4.1. Unité d'esprit sémantique

    6.4.2. La connaissance complexe

    III. Signes et symptômes de l'autonomie

    7. Sémiotique des formes simples et complexes

    7.1. La sémiotique comme théorie générale des signes

    7.2. Les valeurs entières, rationnelles, irrationnelles et complexes des signes

    7.3. Signe et relation

    7.4. Les caractéristiques des systèmes complexes: hiérarchie et autonomie

    7.4.1. Automates autoreproducteurs ; le passage de la complication à la complexité

    7.4.2. Complexité des systèmes biologiques, psychiques et sociaux

    7.5. Complémentarité, inséparabilité, incertitude des formes complexes

    8. Autonomie et hétéronomie dans les relations humaines

    8.1. Autonomie cognitive et communication

    8.1.1. Schizophrénies, antinomies logiques et double-binds

    8.1.2. La hiérarchie des types logiques et les théorèmes d'incomplétude

    8.1.3. La théorie de l'autonomie

    8.2. Clinique de l'autonomie

    8.3. L'autonomie de l'organisme: propriété ontologique ou construction épistémique ?

    8.3.1. L'épistémè de l'être vivant

    8.3.2. Les communications performatives

    8.3.3. Les intrusions territoriales

    8.4. Organismes, cartes et territoires. Organisations auto et hétéroréférentielles

    8.4.1. Autoréflexivité des cartes

    8.4.2. Autoréflexivité des organismes

    8.4.3. Autoréflexivité des territoires

    8.5. La simulation interne des réalités familiales et sociales : homo psychanalyticus

    8.6. La structuration externe de la personnalité en fonction des systèmes d'appartenance et des positions relationnelles :

    homo systemicus

    8.7. L'auto-organisation : piège métaphysique et/ou fondement épistémologique ?

    8.8. L'aporie de Diodore Kronos

    8.9. Systèmes aristotéliciens et non aristotéliciens

    9. La formalisation du concept d'état autonome

    9.1. Ambiguïté, oscillations, état autonome: démarquage du symptôme, remarquage du contexte

    9.2. Les communications autoréférentielles et les énoncés performatifs

    9.3. Les systèmes de communication

    9.4. Quelques propriétés de l'état autonome

    9.5. L'organisation de l'état autonome dans les relations entre organisme, carte et territoire

    9.6. Conclusion

    IV. Le paradigme communicationnel

    10. Psychisme et communication

    10.1. Sujet, objet, prédication

    10.2. Le sujet comme substance

    10.3. Le sujet comme résultat d'un processus, fonction de (communication (cognition))

    10.3.1. Le sujet comme fonction autonome

    10.3.2. L'observation de la relations qui différencie le sujet et l'objet

    10.3.3. L'articulation des modes de présentation psychologique et linguistique

    10.3.4. La présentation directe et indirecte de soi

    10.3.5. Fonction holomorphique du sujet

    10.4. Les variables familiales de la fonction de subjectivation

    10.4.1. La fonction de différenciation/ transformation carte-territoire ; symbiose et intrusion territoriale: l'empiétement autistique

    10.4.2. La fonction du contenant temporo-spatial de l'auto réflexivité: la pensée schizophrénique

    10.4.3. La fonction de confiance en soi et en autrui

    10.4.4. La fonction d'objet jeté

    10.5. Dynamiques sociales de la subjectivation

    10.6. Le problème de l'auto et de l'hétéroréférence du conscient et de l'inconscient

    10.6.1. La famille est-elle identifiable à un appareil psychique?

    10.6.2. Personnes et familles

    1.6.3. L'approche familiale: psychothérapie ou sociothérapie ?

    10.7. Les hiérarchies de la psyché

    10.7.1. La localisation de l'inconscient

    10.7.2. Les formes de l'inconscient

    10.7.3. Inconscient et archétype

    10.7.4. Les symboles comme mouvements-signaux

    10.7.5. Loi et transgression

    10.8. Les limites de la métapsychologie du rêve

    11. Le paradigme bio-psycho-social des théories de la communication

    11.1. La communication des théories

    11.2. Les divers éclairages théoriques

    11.3. L'arborescence des formes de communication

    11.4. Fonctions, effets et finalités de la communication

    11.4.1. Niveaux biologiques

    11.4.1.1. Le système immunologique

    11.4.1.2. Le système nerveux

    11.4.1.3. Communications hormonales

    11.4.2. Niveaux de socialisation

    11.4.3. Niveaux d'individuation psychique

    11.5. L'art de la conversation

    11.5.1. L'arbitraire du signe

    11.5.2. Archétypes cognitifs

    11.5.3. Communication paralinguistique et métalinguistique

    11.5.4. L'acte de langage

    12. L'information

    12.1. La cybernétique de premier ordre

    12.2. La cybernétique de second ordre

    12.3. La théorie sémiophysique de l'information. La génération formelle des signes

    12.3.1. Catastrophe et physique du signe

    12.3.2. Morphogenèse du signe

    12.4. Théorie de la complexité

    12.4.1. Ensembles non récursifs et limitations des procédures algorithmiques

    12.4.2. Information et organisation

    12.4.3. Hypothèses abductives

    12.4.4. L'abduction comme comparaison d'une double description

    12.4.5. Inférences heuristiques et inférences abductives

    12.5. Information complexe et auto-organisation

    12.5.1. Théorie de la nodalité humaine (A. Demailly)

    12.5.2. Auto-organisation et gestion des défaillances (organisation de l'information au travers du bruit)

    12.6. Conclusion

    13. Le double système de la communication

    13.1. Les aspects "rapports" et "opérations" de l'information communiquée

    13.2. Le codage

    13.2.1. codages fondés sur la ressemblance

    13.2.2. codages fondés sur l'arbitraire

    13.3. Les procédures d'évaluation du codage: préférence, pertinence et contexte

    13.4. La cognition dans la communication : implicature, ostension, inférence

    13.5. Métacommunication, paracommunication

    13.6. Le réel distingué

    13.7. Les inférences abductives

    13.7.1. Abduction et autonomie

    13.7.2. Analogie et abduction

    13.8. Les stratégies téléologiques à partir des raisonnements spéculaires

    13.8.1. Common knowledge

    13.8.2. Spécularité nulle, stratégies "du tac au tac" ou "donnant-donnant"

    13.8.2.1. Le dilemme du prisonnier

    13.8.2.2. Stratégies de coopération "du tac au tac"

    13.8.3. Raisonnements spéculaires, structures de personnalité et métaconnaissances partagées

    13.9. Le médium et le message

    13.10. L'antinomie logique des rapports entre le langage et la pensée

    13.11. Conclusion

    14. Les processus cognitifs en jeu dans les communications normales, pathologiques et thérapeutiques

    14.1. Symptôme et communication

    14.2. Schismogenèses symétrique, complémentaire, réciproque

    14.3. Les paradoxes dans la communication

    14.4. Oedipe et double-bind

    14.5. Modalités, tonalités, catégories de la communication

    14.6. Inférences abductives en clinique

    14.6.1. L'abduction médicale : le diagnostic

    14.6.2. L'abduction psychanalytique : l'interprétation transférentielle

    14.6.3. L'abduction en thérapie familiale : la description comparative de la réalité de la réalité

    14.7. L'élaboration de l'espace sémiotique

    14.7.1. Etats psychotiques et troubles de la cognition sociale

    14.7.2. La constitution sociogénétique et ontogénétique des tropes

    14.7.3. L'espace sémiotique communautaire

    14.7.4. Essai d'étude comparative de quelques correspondances entre symptômes et troubles de l'organisation cognitive

    V. Épilogue

    15. Conclusion

    15.1. Propriétés des systèmes autonomes

    15.1.1. Les signes de l'autonomie

    15.1.2. Les quatre points de vue

    15.1.3. Epistémologie systémique et technologie du changement

    15.1.4. Réductionnismes analytiques et holistiques

    15.2. Réalisme, constructivisme, rationalisme

    15.2.1. L'opposition classique Descartes-Vico

    15.2.2. Constructivisme, réalisme et rationalisme partagés

    15.3. La complexité extrême de l'autonomie des systèmes cognitifs et communicationnels

    Bibliographie

    Index

    Haut de Page