Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • L'ESPRIT DU TEMPS - Nouvelle édition, nouvelle préface d'Edgar Morin, Introduction d'Eric Macé

    Ecrit par : MORIN Edgar


    Edition Armand Colin ,2008, ISBN : 978 2 200 35356 8, 224 pages

    Avril 2008
    •            « Si l’on veut comprendre pourquoi Edgar Morin fait figure de franc-tireur, pourquoi il fut pionnier, pourquoi l’on revient désormais autant vers lui pour penser notre présent et nous offrir un avenir – alors il faut lire, ou relire L’Esprit du tempsParu pour la première fois en 1962, ce livre a été immédiatement mis à l’index. Sa faute ? S’être interrogé sur l’«universalité potentielle »des œuvres issues de la culture de masse. Une « vulgate pathétique » selon les tenants de la sociologie dominante de l’époque qui considéraient que les goûts et les dégoûts esthétiques dépendent de la classe ou de la catégorie sociales. Depuis, le mépris global de la culture « cultivée »pour les œuvres médiatiques s’est quelque peu atténué. Il est donc grand temps de relire cet ouvrage pionnier pour décrypter l’esprit de notre temps où les frontières culturelles ont volé en éclats. » (Présentation de l’éditeur) Ndlr    Il faut remercier Eric MACE d’avoir su retrouver ce livre que l’arrogance académique avait stupidement fait mettre à l’index. Son introduction le révèle :  Il a su percevoir non seulement son originalité novatrice dans le contexte des années  50-60, mais aussi son actualité, quarante ans plus tard : La culture dite ‘de masse n’est elle pas au cœur de la culture tout court,  pour qui s’attache à vivre  en exerçant son intelligence.             Et il a su convaincre Edgar Morin de rédiger une nouvelle préface qui nous incite lus encore à relire …ou à découvrir ce livre ‘qui n’est pas seulement pionnier :il tente de se situer au niveau fondamental des problèmes’ que rencontre toujours l’humanité….cultivant sa nature et naturalisant sa culture. ( JL²M) 

      Haut de Page