Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • LA CONSTRUCTION DES CONCEPTS SCIENTIFIQUES - Entre l'artefact, l'image et l'imaginaire

    Ecrit par : CLARAC François, VION-DURY Jean, VION-DURY Jean


    Edition  l'Harmattan, 2008, ISBN : 978-2-296-07009-7 - 156 pages


    Octobre 2011
    • Présentation de l'éditeur

      Ces textes tentent de détailler l'importance, dans le milieu scientifique, des images qui y sont employées, soit pour théoriser, soit pour présenter des aspects du réel. Il sera question des limites de notre globe oculaire dans la formation des images, de l'importance des images dans les neurosciences (en histologie, en neurophysiologie), ainsi que du lien entre image scientifique, imagination et même imaginaire. A l'heure de l'imagerie informatisée, médicale et scientifique, voici une réflexion sur la fidélité des images au réel.

      Ndlr : On trouvera  en particulier dans cet ouvrage un chapitre de J Vion-Dury qui a particulièrement retenu notre intérêt , « Le monde imaginaire des neurobiologistes, ou comment a-t-on toujours rêvé d'un cerveau qui n'existait pas »

      Nous extrayons quelques lignes de l'introduction qui le présente sommairement

      «  ... L'émergence de concepts opératoires et de connaissances sinon vraies, du moins correctes4 sur la biologie des mammifères, le corps humain et les nombreuses maladies qui l'atteignent a été particulièrement lente en médecine et en physiologie, plus encore qu'en physique et en mathématiques. A y regarder de plus près, cette lente émergence, non encore aboutie s'est appuyée sur l'environnement culturel des physiologistes et médecins et plus particulièrement sur les découvertes des savants de leur temps dans les différents domaines, qui, évidemment, ont varié avec les époques.

      Le but de ce texte est de tenter de relever ce qui, dans l'histoire de l'imaginaire des sciences (ou des mentalités ou des sociétés), a participé à (ou conditionné) la structure de la pensée physiologique et médicale, concernant particulièrement le cerveau et son fonctionnement. Il s'agit ainsi de rechercher et de décrire les principaux paradigmes (au sens de Kuhn5) utilisés en physiologie nerveuse et en médecine neurologique en les reliant à ce que voyaient ou imaginaient leurs promoteurs ou utilisateurs.

      Durant les 25 siècles de l'histoire occidentale, il nous semble que se dessinent 5 grands paradigmes qui vont s'affronter, s'interpénétrer pour finalement constituer les « réseaux conceptuels » qui sous-tendent notre pensée en neurobiologie et neurologie. Ces 5 paradigmes sont les suivants : a) le paradigme humoriste/pneumatique ou le temps des humeurs et des esprits, b) le paradigme géographique ou le temps des cartes, c) le paradigme mécaniste ou le temps des machines, d) le paradigme électrique ou le temps des influx et des messages et e) le paradigme informationnel ou le temps des ordinateurs et des calculs.

      Chemin faisant, nous nous apercevrons que le cerveau imaginé dans chacun de ses paradigmes s'approche du « vrai » cerveau, tout en nous en cachant peut-être plus qu'il ne nous en dévoile les mystères de son fonctionnement. Ainsi, naît une sorte de légende, avec ses héros, ses vaincus, qui nous parle de cet opiniâtre désir des hommes pour la connaissance de la pensée tout autant que de la pathétique incomplétude de leur compréhension se traduisant par l'émouvante instabilité des hypothèses, conceptions et théories au cours des siècles... »

      Haut de Page