Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • Journal 1992 - 2010
    « Illustration en acte de la «pensée complexe», le Journal d'Edgar Morin entrelace esquisses d'analyses, considérations sur les choses vues, vécues ou lues, réflexions et jugements inspirés par l'actualité, interrogations et notations personnelles sur les événements frappants, heureux ou tragiques de l'existence comme sur ses moments quotidiens. Attentif à saisir l'épaisseur du réel et les aspérités de la matière humaine, le diariste y expose ouvertement ses faiblesses, refusant de se «statufier dans des poses nobles». Dans la continuité du premier tome, le second mêle opus déjà publiés et séquences inédites, avec, ici, la moitié du volume occupée par ces dernières de 2001 à 2010…. »
    Ecrit par : MORIN Edgar


    Editions du Seuil, 2012, ISBN 978 2 02 108643 0, 1293 pages

    Décembre 2012
    • Henri GIBIER dans Les Échos du 25 01 13  publie une Note de lecture de ce JOURNAL  en deux volumes sous le titre « Le Monument Morin »  

      Présentation de l’éditeur du JOURNAL 1992 – 2010 d’Edgar MORIN Illustration en acte de la «pensée complexe», le Journal d'Edgar Morin entrelace esquisses d'analyses, considérations sur les choses vues, vécues ou lues, réflexions et jugements inspirés par l'actualité, interrogations et notations personnelles sur les événements frappants, heureux ou tragiques de l'existence comme sur ses moments quotidiens. Attentif à saisir l'épaisseur du réel et les aspérités de la matière humaine, le diariste y expose ouvertement ses faiblesses, refusant de se «statufier dans des poses nobles». Dans la continuité du premier tome, le second mêle opus déjà publiés et séquences inédites, avec, ici, la moitié du volume occupée par ces dernières de 2001 à 2010. Débutant par le «Journal de Chine», relation d'un voyage effectué trois ans après le Printemps de Pékin, et continué par ces deux journaux de la fin d'un siècle que sont Une année Sisyphe et Pleurer, aimer, rire, comprendre, il s'achève par le récit des «Années cruelles» qui marquent pour Edgar Morin, avec l’ouverture du nouveau millénaire, l'ultime décennie d'Edwige, sa femme, emportée par la maladie

      Haut de Page