Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • INVENTER UN NOUVEL ART d'HABITER - Le ré-enchantement de l'Espace

    Ecrit par : ROUX Michel

    Culture et Territoire
    Collection INGENIUM -Ed.l'HARMATTAN
    ISBN : 2-7475-2499-X ? 208 pages

    Décembre 2002
  • " La vérité n'est point ce qui se démontre. Si dans ce terrain, et non dans un autre, les orangers développent de solides racines et se chargent de fruits, ce terrain-là, c'est la vérité des orangers. " La poésie de Saint-Exupéry résume à elle seule le projet de ce livre : montrer que le territoire n'est pas une réalité " en soi ", mais qu'il constitue un enchevêtrement de " clairières " personnalisées qui définissent autant de rapports intimes à l'espace. En effet, malgré les mutations de nos sociétés, l'être heureux est sans doute toujours celui qui, comme l'enfant, ici et maintenant, s'abandonne à une lecture poïétique des formes familières de son jardin, pour les métamorphoser en un monde nouveau et apprivoisé. Dans ces conditions, plutôt que de chercher à organiser rationnellement nos espaces en vertu de prétendues lois universelles, nous ferions mieux d'essayer de comprendre comment les individus inscrivent leurs existences dans leurs mondes et comment certains aménagements peuvent les faire souffrir et les engager dans des violences d'espaces. Dans cette entreprise, les concepts de la complexité peuvent apparaître comme de précieux outils pour aider ceux qui ont la responsabilité de nos territoires - élus, administrateurs, chefs d'entreprise, architectes, etc. - à renoncer à leur rôle de prescripteur, au profit de celui de traducteur et de tresseur, à même d'aider les uns et les autres à épisser leurs regards et leurs façons d'habiter, pour élucider ensemble les conditions d'une habitabilité heureuse et durable. Michel ROUX est enseignant-chercheur à Lorient. Il a publié plusieurs ouvrages sur l'imaginaire spatial. Il est cofondateur de l'atelier " Espaces, habitabilité des territoires et Complexité " du Programme Européen Modélisation de la Complexité. PRESENTATION DE INVENTER UN NOUVEL ART d'HABITER Le ré-enchantement de l'Espace Par Michel ROUX Collection INGENIUM -Ed.l'HARMATTAN ____________________________________ INTRODUCTION Nos territoires sont d'abord des mondes " Que le monde soit mon monde se montre en ceci que les frontières du langage (le seul que je comprenne) signifient les frontières de mon monde. " - L. Wittgenstein Ce livre traite " des territoires " et surtout des conditions qui peuvent favoriser leur habitation harmonieuse et durable. Or, parmi ces conditions, il en est une qui me paraît plus impérieuse que les autres : ne plus utiliser ce terme au singulier et procéder à sa redéfinition. En effet, les différentes acceptions qu'on lui prête le présentent toujours peu ou prou comme une " portion " appropriée de l'espace ; ce faisant, elles accréditent l'idée qu'il se réduit à une " figure " fermée, limitée par des frontières, et qu'il est loisible, par conséquent, de le décrire de " l'extérieur ". Ainsi le territoire aurait une existence " en soi ", observable par tous ; on pourrait distinguer les collections d'objets qui le peuplent (maisons, rues, entreprises, espaces verts, etc.), chercher les lois qui rendent compte de son ordonnancement et rêver de lui donner un jour une forme universelle idéale. Je n'adhère pas à ce mode de représentation qui contraint dangereusement la réflexion. Avec d'autres, auxquels ce livre rend hommage, je préfère croire que " les " territoires ne sont pas distincts de nous et qu'ils sont au contraire des " extensions " de nos êtres intimes : des " clairières " que l'on éclaircit, des " mondes " que l'on ouvre, des " sphères utérines ", des " abords ", des " clôtures opérationnelles ", autant de manières de désigner des régions, des interfaces qui permettent aux êtres de construire leur autonomie, c'est-à-dire de s'inscrire et de s'intégrer dans la totalité en préservant leur différence. Ces territoires-mondes sont des " traductions " inventives, poïétiques et hautement personnalisées par lesquelles les êtres investissent et saisissent leur environnement anthropo-naturel ; par conséquent ce sont des " langages ". Or, comme la plupart d'entre nous n'ont pas appris, à l'instar des moines tibétains, à différencier leur pensée de leur être, les frontières de nos langages sont les frontières de nos mondes et, comme le dit L. Wittgenstein, nous sommes nos mondes. Cette heuristique modifie considérablement l'approche de nos territoires, qu'il s'agisse d'une table, d'une cave, d'un grenier, d'une maison, d'un jardin, d'un bureau, d'un atelier, d'une entreprise, d'une rue, d'un quartier, d'une ville, d'une région ou encore d'une montagne ou d'un désert, etc. En effet, elle dénie aux " décideurs " la possibilité de les aménager, comme ils le font aujourd'hui, au nom de vérités et de principes universels. Car ces processus d'uniformisation et de standardisation, qui nous convoquent au nom de la " Raison " et du " Progrès " et nous pressent de nous plier aux exigences d'un temps qui se contracte et d'un espace qui se rétrécit, ne cessent de piétiner les " jardins secrets " qui s'enchevêtrent et se profilent en filigrane de ces territoires. Ce faisant, ils risquent de perturber gravement nos langages, nos façons de produire les images de nos mondes, de donner du sens à nos existences et de nous engager à terme dans des violences d'espaces. Ce livre souhaite sensibiliser le lecteur à cette heuristique et surtout lui suggérer qu'il est possible de regarder les choses autrement ; qu'aucune fatalité ne saurait nous interdire, ici et maintenant, de réinventer des espaces harmonieux, pour peu que nous parvenions à faire sourdre les projets des uns et des autres pour les épisser, c'est-à-dire les relier entre eux dans leurs différences. En ce sens, il s'adresse à tous ceux qui se soucient d'espaces. Et même si les deux premiers chapitres peuvent laisser entendre qu'il est destiné aux aménageurs, les autres, consacrés à l'art d'habiter en poète (chapitre III), à l'espace de la pensée mythique (chapitre IV), aux forces déterritorialisantes (chapitres V, VI, VII), aux violences d'espaces (chapitre VIII) et à la complexité (chapitre IX), achèveront de convaincre, je l'espère, qu'il concerne largement l'architecte, l'urbaniste, le chef d'entreprise et, d'une manière plus générale, tous ceux qui mobilisent leur " ingenium " et travaillent à la réinvention de nos espaces. SOMMAIRE INTRODUCTION - Nos territoires sont d'abord des mondes 11 CHAPITRE PREMIER - Nos territoires sont dans la tourmente … ou les limites de l'organisation rationnelle de l'espace 15 CHAPITRE II - Quand les individus se détournent des livres pour inventer d'étranges territoires 27 CHAPITRE III - Tout se passe comme si les hommes avaient pour projet d'habiter en poète 47 CHAPITRE IV - L'espace de la pensée mythique ou l'art de donner du sens au quotidien 63 CHAPITRE V - Quand le dogme de la " marche du siècle "ne nous laisse plus le temps d'habiter en poète 83 CHAPITRE VI - Quand l'ordre de la Figure se substitue à l'ordre du Vécu 103 CHAPITRE VII - Quand la Consommation et la Norme traduisent les espaces poïétiques en zones de non-droit 123 CHAPITRE VIII - Violences d'espaces 139 CHAPITRE IX - Plus de complexité pour réinventer pragmatiquement des territoires harmonieux 165 EPILOGUE - Vivre à bord 183

    Haut de Page