Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • Paru il y a juste trois ans, le précédent volume de La Méthode, l'oeuvre-fleuve d'Edgar Morin, se termine par ses mots : "L'humanité est en rodage. Y a-t-il possibilité de refouler la barbarie et vraiment civiliser les humains ? Pourra-t-on poursuivre l'hominisation en humanisation ? Sera-t-il possible de sauver l'humanité en l'accomplissant ? Rien n'est assuré, y compris le pire." Aujourd'hui, le sixième et dernier tome de cette inclassable aventure intellectuelle, intitulé simplement Ethique, s'efforce d'apporter des éléments de réponse à ces interrogations. Rien de dogmatique, on s'en doute. On ne trouvera pas, dans cette cartographie des chemins possibles vers un monde moins inhumain, de prescriptions rigides, de normes intangibles, d'impératif catégorique qui se présenteraient comme autant d'absolus. Mais pas non plus d'indifférence ou d'abandon. Pas de démission ni de soumission. Car ce qui caractérise la pensée d'Edgar Morin, c'est d'abord de vouloir toujours tenir ensemble les deux faces opposées de la réalité. Contre les vues unilatérales, les points de vue partiels ou monochromes, il n'a cessé de rappeler l'interaction et l'interdépendance des éléments qui nous paraissent, au premier regard, inconciliables. Unité et diversité, par exemple, s'opposent et se combattent, mais tout autant se combinent et se complètent. C'est là le point de départ de cette "pensée complexe" que, depuis près de trente ans, les volumes successifs de La Méthode ont élaborée. "Complexe" ne signifie nullement "compliqué", encore moins "obscur" ou "abscons". Le terme désigne cette forme de pensée qui englobe au lieu de séparer, relie au lieu de segmenter. Nature et culture, vie et mort, association et dissociation, par exemple, ne sont pas à considérer comme des blocs distincts que tout éloigne l'un de l'autre, mais comme des éléments qui ne cessent d'interagir... L'effort principal d'Edgar Morin consiste en effet à élaborer une éthique de l'incertitude qui ne soit ni une abstraction vide ni une nouvelle foi. Comment construire une morale "autoproduite", que nulle autorité ne dicte ? Et qui pourtant réponde, malgré sa faiblesse, aux défis du temps ? La tâche n'est pas aisée, si l'on veut à la fois tenir compte, comme ici, des limites de nos capacités cognitives, de la fondamentale imprévisibilité de l'histoire, de la ferveur nécessaire pour construire un nouvel "humanisme planétaire". Parmi toutes les propositions de ce livre, dont la seule description exigerait plus de temps et de place, on retiendra celle de commencer, pour chacun, à combattre sa "barbarie intérieure"...

    Roger-Pol Droit - Le Monde

    Haut de Page