Bibliothèque du Réseau

Cette petite bibliothèque présente une collection progressivement mise à jour, rédigés par des membres du Réseau MCX. Chacun d'eux étant accompagné, dans la mesure du possible de quelques indications de contenu et d'une ou de plusieurs notes de lecture.

Retour

  • D’où naissent les formes ? Et, au-delà, qu’est-ce que l’acte de  percevoir, de penser, d’écrire ou de créer et surtout d’interpréter ?

    La science, depuis Aristote et Leibniz, s’est beaucoup penchée sur la  question de la naissance des formes (Goethe, D’arcy Thompson,  Turing, Thom, Prigogine, Crutchfield). Ces études ont été à la fois à l’origine de nouvelles techniques et de nouvelles pensées – comme la science des systèmes, l’auto-organisation –, et de nouvelles  valeurs fondamentales (rétroaction, récursivité, downward causation).

    Ces découvertes prenant leur essor à la fois dans le champ mathématique, physique, informatique, biologique et épistémologique, ont cependant très tôt côtoyé des préoccupations esthétiques. Tout au long de l’histoire du XX° siècle, des artistes aussi différents que Duchamp, Kandinsky, Valéry, Schwitters, Cage, Rauschenberg, jusqu’à des artistes plus récents, se sont nourris à ces découvertes ou, même, quelques fois, les ont anticipées.

    C’est cette histoire qui veut être contée ici. Elle s’entend via la Complexité et ses formes  d’émergences. L’enjeu étant de tracer l’idée d’une inséparabilité, au moins épistémologique, entre Art et Science : Unitas multiplex selon  Valéry.

    Critique d'art et de cinéma, docteur ès sciences et technologie des arts  (Paris 8), Louis-José Lestocart est chercheur en épistémologie  artistique.  Affilié à l’IRIS (CNRS), membre du bureau du Programme européen  Modélisation de la CompleXité et de l’Institut des Systèmes Complexes   Paris Ile-de-France, il co-dirige, en ce dernier lieu, le groupe « Esthétique,  complexité, modélisation et expérimentation », voué à l’étude des  rapports Science/Art.

    Haut de Page